Plongez dans le quotidien d’une entreprise de construction sur le site de la Maison des jeunes, à Ambert (Puy-de-Dôme) | Renovation-Travaux-Paca


Après deux semaines d’interruption au début de la course de taureaux, les travaux de la Maison des jeunes à Ambert ont repris en début de mois. L’essentiel des travaux est réalisé par l’entreprise de maçonnerie de Chantelauze, avec quelques modifications de l’opération, en raison de mesures sanitaires.

Reprise des travaux extérieurs de la piscine d’Ambert (Puy-de-Dôme)

Motivation des employés à retourner au travail.

Si la récupération s’avérait importante pour la bonne santé de l’entreprise, certains employés étaient également pressés de reprendre leurs activités.

«En cas de chômage partiel, les travailleurs reçoivent 84% de leur salaire. C’est un grand gène financier. Par conséquent, les employés étaient assez motivés pour certains. « 

gerard baise (Gérant de l’entreprise de maçonnerie Chantelauze)

L’entreprise compte une trentaine d’employés, dont la moitié sont revenus au travail. «Les autres sont malades ou arrêtés pour garde d’enfants. Nous avons choisi de reprendre nos sites, d’autant plus que les propriétaires ne les ont pas fermés. Cependant, nous avons réduit leur nombre et avons tout fait pour que les personnes puissent travailler dans des conditions de sécurité optimales. « 

À quoi ressemblera la future salle de spectacle Ambert?

Concrètement, une analyse du travail quotidien est réalisée chaque matin, ce qui permet d’établir une notation des risques. « Cela déterminera l’obligation de porter un masque ou non, précise l’administrateur du site. Par exemple, aujourd’hui les hommes sont des coffrages et sont donc souvent à moins d’un mètre les uns des autres. Le port d’un masque est donc obligatoire. En revanche, si vous êtes chacun à une extrémité du site, cela n’en vaut pas la peine. « 

Côté transport aussi, les choses ont changé:

Ceux qui vivent à Ambert viennent seuls, mais pour les autres, c’est un maximum de deux par camion. Par conséquent, nous augmentons le nombre de véhicules.

Les employés ont entre 4 et 6 ans sur le site de la Maison des jeunes, selon le travail à effectuer. Mais le plus gros problème reste l’organisation des repas:

Il n’y a plus de restaurant, nous avons donc dû nous adapter: nous avons transformé la salle de réunion en salle à manger, laissant suffisamment de distance entre les chaises. Les travailleurs apportent leur collation.

Et puisque pour le moment, une autre entreprise travaille également sur le site, deux tables ont été installées. «Si d’autres hommes d’affaires s’ajoutent, nous établirons un horaire pour que tout le monde ne mange pas en même temps», précise Gérard Folléas.

Mesures de santé qui ont un coût.

Les mesures que l’entreprise doit prendre ont un coût:

Il faut se laver les mains 4 fois par jour, cela représente 20 minutes par jour et par employé. Le nettoyage des outils et de la salle à manger dure encore 20 minutes. Et puis vous avez besoin de 2 masques par jour et par personne.

La sécurité de Covid est un pourcentage important qui affecte la rotation. « Nous sommes toujours inquiets, nous n’avons pas assez de marges à collecter », conclut l’administrateur du site.

La société Chantelauze a été présente sur les sites de janvier à septembre ou octobre. « C’est un grand projet pour nous », explique Gérard Folléas. Lorsque d’autres entreprises arriveront, nous organiserons. Les zones de travail doivent être réparties de manière à respecter les distances. Nous sommes les premiers sur le site et avons le plus grand chantier de construction. Mais ça va bien avec les autres, tout le monde coopère. « 

Médiathèque, école de Moutier, Maison des jeunes … Quels retards dans les principaux travaux de construction à Thiers et Ambert?

L’administrateur du site note également les efforts des communes qui « font tout leur possible pour payer rapidement », ainsi que l’Etat: « Nous avons déclaré notre chômage partiel la semaine dernière et nous sommes déjà payés. Les services réagissent très rapidement ».

You May Also Like

About the Author: James roth